ACCUEIL

Le SMEGREG

EPTB des Nappes profondes
de Gironde

CLE & SAGE

des Nappes profondes
de Gironde

CONNAITRE

les nappes profondes
de Gironde

VOUS &

les nappes profondes
de Gironde

    ACCUEIL

L’anticlinal de Villagrains Landiras amène à proximité de la surface les formations géologiques du Crétacé rencontrées à plus de 1 000 mètres de profondeur sous Bordeaux. Réservoirs stratégiques pour l’approvisionnement en eau potable du futur, ces formations font l’objet d’études depuis près de 20 ans. Leurs ressources en eau sont suivies grâce à un dispositif spécifique situé pour partie dans les zones incendiées durant l’été 2022.

A l’exception des formations alluviales des grands cours d’eau, tous les réservoirs d’eau souterraine présents dans le département sont accessibles à faible profondeur au droit ou à proximité de l’anticlinal de Villagrains-Landiras, vaste structure plissée encore récemment mal connue car masquée par les grands épandages de formations à dominante sableuse du Plio-Quaternaire.

Prospection sismique, forages de reconnaissances, carottages, forages d’essais… autant d’investigations menées depuis 20 ans pour mieux connaître cette structure.

Parallèlement, la dynamique des ressources est suivie. Un réseau de surveillance mesure ainsi en continu la côte de l’eau sur 22 points sélectionnés. 17 forages (profonds de quelques mètres à plusieurs centaines), 3 cours d’eau, 2 lagunes sont aujourd’hui équipés de capteurs piézométriques. Plusieurs tournées sont réalisées chaque année par le SMEGREG qui assure ce suivi régulier.

Certains points de mesure sont situés dans les emprises qui ont brulé cet été et il est probable que les matériels de mesures, voire les ouvrages eux-mêmes aient été détruits. Nous le saurons lors de la prochaine tournée qui a été reportée pour laisser la place aux forestiers qui tentent de sauver ce qui peut être exploitable.

L’enjeu sera ensuite de remettre en service, voire de reconstruire pour partie ce réseau, de manière à suivre finement le comportement des ressources en eau en l’absence des pins aujourd’hui calcinés.