ACCUEIL

Le SMEGREG

EPTB des Nappes profondes
de Gironde

CLE & SAGE

des Nappes profondes
de Gironde

CONNAITRE

les nappes profondes
de Gironde

VOUS &

les nappes profondes
de Gironde

    ACCUEIL

Plusieurs partenaires autour du SMEGREG dans ce programme de recherche : l’INRAE Bordeaux, l’ENSEGID, l’UMR Bordeaux Montaigne et le CNRS. Au cœur de cette réflexion collective, répondre aux interrogations relatives à l’évolution de la demande en eau dans les années à venir. En quelque sorte expliquer la consommation d’aujourd’hui pour mieux prévoir la demande de demain, et ce dans le contexte du changement climatique.

Un volet sociologique…

Pour les aspects qualitatifs, 25 entretiens individuels ont été menés auprès de ménages girondins présentant des profils diversifiés (de l’étudiant locataire aux familles nombreuses, des configurations communautaires, des personnes engagées dans la cause environnementale…). Kevin CAILLAUD, chargé de recherche en sociologie et Romain GOURNET, sociologue indépendant, se sont attachés à cerner le poids des « modes de vies », choisis ou subis, dans la structuration des pratiques et des usages liés à l’eau à domicile. Quant au volet quantitatif de l’analyse sociologique, il s’est appuyé sur un sondage auprès de 1 000 girondins.

… qui révèle des pratiques variées et évolutives

Les premiers résultats montrent la richesse et l’ampleur du phénomène social qui se cache derrière l’idée commune de « consommation domestique d’eau potable« . L’accès et l’utilisation de l’eau révèlent des pratiques ordinaires de la vie quotidienne, c’est-à-dire de gestes routiniers, d’habitudes que nous réalisons en grande partie machinalement. On constate que les usages de l’eau potable ne se résument pas à des modes de vies préexistants ou façonnés qui se traduiraient par des comportements spécifiques et strictement exclusifs d’une manière de vivre et d’habiter. Ils sont le fruit de socialisations et d’apprentissages forgés au cours de processus de long terme. Ils s’inscrivent dans des trajectoires individuelles et collectives qui ne sont pas immuables et encore moins innées. La technique est également très présente dans les manières de consommer et renvoie à l’ensemble de l’appareillage qui compose les foyers. En effet, nous déléguons à ce système technique un certain nombre de compétences et d’efforts qu’il nous faudrait assumer si nous ne les possédions pas.

et la recherche d’autres explications des variations de la demande en eau potable

Pour compléter cette approche ont été également explorés l’influence de la météorologie sur la consommation, de manière à estimer l’influence du changement climatique sur la demande, et les liens entre la consommation et les caractéristiques du territoire, notamment le poids de l’activité touristique.

Initiée en 2014 à l’issue d’une réflexion nationale sur l’évaluation de la demande future en eau potable, cette étude prospective, qui a bénéficié d’un soutien financier de l’Agence de l’eau Adour Garonne, est aujourd’hui unique en France pour certains angles d’analyse. Intégrant l’incidence prévisible du changement climatique, elle permet au territoire de se projeter pour identifier ses besoins en ressources nouvelles, les outils mobilisables pour maîtriser la demande et les aménagements à prévoir sur les réseaux de distribution.

 Télécharger la synthèse